Home
Grande muraille verte

Un projet majeur de développement durable des zones saharo-sahéliennes


Initié lors de la conférence SEN-SAD (Communauté des états saharo-sahéliens) de Ouagadougou du 1 et 2 juin 2005, le projet de la Grande muraille verte (GMV) a pour vocation la lutte contre la désertification dans les milieux saharo-sahéliens.  La volonté politique affichée de la mise en valeur de la zone bordant le Sahara par un développement durable de son environnement et de ses populations est à la hauteur des menaces qui pèsent sur elle. Depuis les années 70, notamment les épisodes de sécheresse de 1978 et 1984, le déficit pluviométrique persistant et les perturbations anthropiques croissantes (apparition des forages, modification des axes de transhumance) affectent toujours les grands équilibres écologiques de la région, entraînant une dégradation importante du milieu naturel et des conditions d’existence des populations locales (comme par exemple la remise en question des conditions du nomadisme).  Cette désertification entraîne notamment des flux migratoires importants,  associés  à  une  paupérisation  du  milieu  rural,  à  des  changements  culturels,  ainsi  qu’à  une urbanisation galopante des littoraux.

Tracé de la Grande muraille verte (GMV)

Techniquement, la GMV est conçue comme une bande d’espèces végétales  à valeur économique et adaptative face à la sécheresse, d’une largeur moyenne de 15 Km, comprise dans les isohyètes (ligne imaginaire reliant des points d'égales quantités de précipitations) inférieurs à 400 mm. Le projet implique les 11 pays frontaliers de la zone saharo sahélienne, du Sénégal à Djibouti, couvrant une distance de 7675 Km.

La partie sénégalaise du projet s’étend sur 535 km et couvre une superficie d’environ 80000 hectares. Le tracé de la GMV englobe 30 communautés rurales, correspondant à une zone dominée par l’activité pastorale. 5 espèces différentes de ligneux y seront plantées.

 

 

Impact environnemental et humain


La Grande Muraille Verte est un processus de développement durable, a fort impact environnemental et humain, sur lequel l’implantation d’un observatoire Hommes-Milieux est une chance exceptionnelle de pouvoir comprendre, modéliser et faire connaitre les dynamiques et relations entre les humains et les environnements sahéliens d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

L’objectif global de l’observatoire Hommes-Milieux Tessekere est de déterminer comment une action anthropique, comme l’implantation d’un projet de reforestation, peut contribuer à compenser, par une approche d’ingénierie écologique et de développement local, une dégradation de l’environnement naturel, culturel et socio-économique des populations.

Il s’agit de déconstruire et d’analyser les dimensions écologiques, sociales et politiques d’un projet à grande échelle, dans l’espace et dans le temps, qui tente de modifier un écosystème supposé en déclin. L’observatoire est avant tout un outil de recherche fondamental mettant en oeuvre l’interdisciplinarité comme moyen de déconstruire des processus complexes comme la désertification.  Ce n’est pas un laboratoire d’un point de vue structurel mais un lieu d’échange d’idées, de savoirs et de savoir-faire consacré à l’étude d’un sujet commun.

Par la mises en place de programmes scientifiques variés, il favorise l’échange d’idées entre chercheurs.

images tessek

 

Problématique socio-écologique


La mise en œuvre de l’initiative Grande Muraille verte, approuvée en janvier 2007 par l’Union africaine, représente une action combinée de lutte contre la sécheresse et de développement rural, sans précédent dans cette région.

Les implications sanitaires, sociales et environne- mentales de ce programme sont potentiellement porteuses de chan- gements profonds, aussi bien au sein de la société que dans ses inte- ractions avec le milieu. L’objet de l’OHM est d’analyser, par l’approche intégrative des systèmes sociaux-écologiques sahéliens, les proces- sus et les interactions à l’œuvre. Il s’agit en particulier d’observer et d’évaluer l’adaptabilité et la résilience du système selon quatre axes : Sols et Eau, Biodiversité (faune et flore), Systèmes sociaux et Santé.

 


Copyright © 2014 OHM tessékéré. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.